COLLECTIF "DÉFENSE"

POUR L’APPROFONDISSEMENT DE LA RÉVOLUTION VENEZUELIENNE, POUR LE SOCIALISME.

La tentative de coup d’état contre le président Maduro et son gouvernement vise à et mettre fin au processus révolutionnaire bolivarien. Depuis 2015, le parlement est aux mains de l’opposition de droite qui n’a pas renoncé à son projet de renverser le gouvernement, notamment avec un référendum illégal le 16 juillet dernier. Elle reçoit le soutien de Trump et de l’Union Européenne qui ont menacé d’ingérences et de sanctions en cas d’élection de la nouvelle Assemblée.

L’oligarchie vénézuelienne, appuyée principalement par l’impérialisme étatsunien, utilisant des groupes fascistes pour semer le chaos, tente de réitérer le coup d’État d’avril 2002 mis en échec par la mobilisation populaire en faveur du retour du Président Chavez.

Malgré les violences et les crimes commis par les contras, plus de 8 millions d’électeurs  ont fait le déplacement pour élire l’Assemblée constituante. Celle-ci aura pour tâche d’inscrire dans une nouvelle constitution les acquis démocratiques et sociaux de la révolution bolivarienne.

Si une partie des politiciens bourgeois affirment leur volonté de participer à la prochaine élection des gouverneurs, la récente attaque d’une base de l’Armée dans le nord du pays et la poursuite de la politique d’obstruction et des appels au sabotage et au désordre de la part des contras montrent que la solution ne passe pas par des compromis avec la bourgeoisie, au risque de réitérer l’expérience du Chili en 1973, mais au contraire par l’approfondissement du processus révolutionnaire en faveur des intérêts de la classe ouvrière et de son pouvoir.

Le Parti Communiste Vénézuelien, soutient la révolution bolivarienne tout en maintenant son programme pour une révolution socialiste, se prononce pour la défense des droits du peuple travailleur contre la crise, le fascisme et le réformisme.

Le Collectif DÉFENSE soutient le PCV frère et toutes les forces révolutionnaires dU Venezuela face au fascisme et à l’impérialisme.

CONTRE L’AUSTÉRITÉ MACRON ET LA REMISE EN CAUSE DES DROITS DU TRAVAIL, TOUS MOBILISÉS!

Le gouvernement Macron s’inscrit dans la continuité de celui de Hollande, avec la même  mission consistant à parachever la liquidation des droits et acquis des travailleurs pour mettre le capital monopoliste français en position de force sur le marché mondial. Ceci ne peut se faire qu’au détriment de l’industrie et de l’emploi en France.

Les premières mesures du nouveau gouvernement imposées avec une caricature de débat parlementaire et une pseudo-concertation avec les directions confédérales syndicales pour les pousser dans le «dialogue social» sans issue, vont dans le sens du transfert des richesses du travail vers le capital: réduction des dépenses, en majorité publiques et utiles, gel des rémunérations des fonctionnaires, remplacement des cotisations sociales par l’impôt, ce qui constitue un vol supplémentaire sur le salaire. et pas du tout, comme le prétend le gouvernement, un coup de pouce au pouvoir d’achat. L’augmentation de la CSG d’1,7% va peser essentiellement sur les travailleurs et les retraités. La suppression de quatre critères sur dix du compte pénibilité, le plafonnement des indemnités prudhomales, rabotent même les quelques garanties et compensations dont les travailleurs victimes de la surexploitation et des destructions d’emplois pouvaient espérer bénéficier, au prix de luttes et de procédures souvent longues, épuisantes et au résultat incertain.

Les attaques contre les droits des travailleurs et leurs outils de défense visent à paralyser le mouvement ouvrier: la loi El Khomri détruit le Code du travail et livre les salariés au bon vouloir patronal. Par la fusion des instances du personnel dans les entreprises dans une Délégation Unique du Personnel, les représentants des travailleurs dont le nombre sera réduit vont être privés de moyens devant une quantité croissante de dossiers à gérer, tandis que les obstacles et recours face aux plans patronaux seront réduits à néant. Les Contrats de mission dans les branches et l’uberisation croissante sont du pain béni pour le patronat qui fera appel à la main d’oeuvre uniquement en cas de besoin et pendant la période nécessaire à la production.

La programmation par les syndicats de journées d’action en septembre ne peut suffire à stopper l’offensive de la bourgeoisie. Il convient de développer les grèves dans les entreprises et lier des solidarités avec la population démunie. Il y a nécessité de luttes massives et puissantes contre la loi El Khomri, de leur généralisation. Il faut pour cela porter les revendications de la population travailleuse en matière de salaires, conditions de travail, logement, santé, éducation… et les opposer au système capitaliste et à la compétitivité des entreprises, le capitalisme n’étant pas aménageable. Les revendications sont une nécessité pour les masses, alors que la logique du système  s’oppose à l’existence des acquis. Il faut donc rejeter toutes les théories des «économistes» de gauche (PCF, FdG, FI…) affirmant qu’il est bon pour l’économie de donner du pouvoir d’achat aux salariés, qui vont ainsi consommer plus et, grâce au remplissage des carnets de commande des entreprises, l’emploi se développera au bénéfice de tous. C’est juste le contraire: ce qui est bon pour l’économie capitaliste, c’est la valorisation du capital par l’augmentation de la plus-value extorquée aux travailleurs, ce qui nécessite pour lui la compression des salaires, l’augmentation du temps de travail et de la productivité avec la suppression des garanties sociales. Le capitalisme n’a pas pour but seulement de produire des marchandises et des biens, mais de faire le maximum de profits. Il faut renverser ce système par la révolution et construire une société socialiste pour mettre en adéquation l’économie et la satisfaction des besoins des travailleurs. Il n’y a pas de solution intermédiaire d’aménagement du système ou de combinaison des deux. Bien entendu, la lutte pour l’augmentation des salaires et pour la défense des acquis est indispensable. Elle constitue la base de l’organisation pour la remise en cause de capitalisme et pour la révolution.

Les discours sur la soi-disant transition écologique servent à masquer la régression de civilisation qu’impose le capitalisme incapable de sortir de sa crise. Une société basée sur la recherche du profit maximum et immédiat n’est pas à même de revenir sur les destructions quotidiennes qu’elle fait subir à la nature. Au lieu de moderniser et renforcer la sûreté des centrales nucléaires, ce qui nécessite des investissements importants et peu rentables à court terme, le capital préfère, par le truchement de Mr Hulot (qui ne dit rien sur l’affaire d’Arcelor Mittal) , annoncer la fermeture future de 17 d’entre elles, ce qui aura pour conséquences des destructions d’emplois importantes, l’augmentation de la dépendance du pays en énergie vis à vis de l’étranger, une pression plus importante sur la nature dans laquelle il faudra puiser l’énergie qui fera défaut…

Les travailleurs et la population doivent s’organiser et s’unir et non plus espérer un homme providentiel ni un gouvernement plus à l’écoute du peuple, car c’est toujours la classe bourgeoise qui dirige l’État. En conformité avec la constitution de la cinquième République, qui renforçait l’exécutif et la mainmise directe du capital monopoliste sur l’État, Macron réduit le Parlement à une vulgaire chambre d’enregistrement des décisions prises en accord avec le MEDEF et au bénéfice exclusif du capital. La volonté de Macron, en application de la politique de l’Union Européenne, de diminuer fortement le nombre d’élus, alors que la moitié d’entre eux ne sont pas rémunérés, remet en cause un des acquis de la Révolution française que sont les communes. Il faut donc créer des comités de base qui puissent unifier et imposer les revendications, soutenir les travailleurs en lutte, élaborer un plan de lutte contre la bourgeoisie vers un changement de société.

Il faut surtout construire un parti d’avant-garde de la classe ouvrière qui, sur la base d’une théorie scientifique, le marxisme-léninisme, pourra guider les masses travailleuses dans l’affrontement inévitable contre la bourgeoisie et son État.

 

 

Le texte en pdf:

tract7:2017

Assemblée militante du 27 juin

Les résultats des élections présidentielles et législatives 2017 ont bel et bien confirmé les analyses de notre organisation, le Collectif DÉFENSE. En effet, la crise du capitalisme avec ses retombées sociales a bien été le facteur d’aggravation d’une crise institutionnelle qui a atteint tous les partis politiques, y compris la «République en marche», incapable de s’appuyer sur des députés plébiscités par une majorité de la population. Le taux d’abstention record, 51,2% dès le premier tour des législatives et près de 55% au deuxième, souligne la défiance croissante de la population envers ceux qui ne remettent point en cause le système capitaliste pour faire des propositions anti-crise. En effet, personne, dans les partis présentant des candidats, n’a proposé une participation active des travailleurs et de la population pour établir une société différente, socialiste et démocratique, dont l’économie serait maîtrisée et contrôlée par la classe ouvrière. Le lancement des conseils citoyens dans les zones d’habitations et des entreprises, serait aujourd’hui la façon de structurer une réelle opposition, pour faire de la politique avec une démarche totalement nouvelle, efficace et spontanée. Pour créer les conditions d’une révolution socialiste qui renverserait le capitalisme, il faut s’appuyer sur la démocratie populaire qui, dans les luttes, fera le choix de soutenir les revendications des travailleurs, contre la logique du profit individuel et privé. La construction d’une vie politique nouvelle pour s’opposer à l’austérité du couple Macron-MEDEF au gouvernement relève maintenant de l’urgence.

Rapport

Les déroulements et les résultats des élections législatives et présidentielles révèlent la crise du système capitaliste qui se traduit notamment par une crise de la représentation politique. Le rejet des partis traditionnels de la bourgeoisie et le refus de voter de la part larges masses populaires malgré l’utilisation de divers épouvantails et les illusions propagées par ceux qui prétendent humaniser le capitalisme et obtenir du progrès social sans renverser le système, ont pesé dans la déconfiture des partis du capital. Le taux d’abstention était de 25,3% au 2ème tour des présidentielles, ce qui était un record depuis 1969, de 51,3% au premier tour, et 57,36% au 2ème tour des législatives, sans compter les blancs et nuls. La bourgeoisie réussit cependant à préserver son dispositif de domination en mettant au pouvoir des individus issus directement de sa classe ou s’engageant à la servir. Ceci est conforme aux principes de la 5e République qui a été conçue pour assurer aux monopoles une direction directe de l’État en réduisant les pouvoirs et les prérogatives du parlement (49-3, transformation de l’Assemblée en chambre d’enregistrement des directives de la Commission Européenne concoctées par les grandes entreprises monopolistes, système électoral assurant la domination des partis du capital et une quasi-absence de représentants de la classe ouvrière parmi les élus…). L’ Assemblée Nationale est, comme le gouvernement, majoritairement bourgeoise (entrepreneurs, représentants du MDEDF, cadres et spécialistes bourgeois…). Elle a aussi, à travers la recomposition des forces politiques, fait en sorte que se maintienne une social-démocratie autre que le PS et ses appendices PCF, FdG et autres groupes réformistes, à travers la France Insoumise de Mélenchon, mais celui-ci n’est pas parvenu à constituer une force social-démocrate conséquente ni une alternative à la politique du MEDEF. La social-démocratie décline, le PS entraîne dans sa chute le PCF. Si des travailleurs ont été sensibles aux discours dénonçant les injustices et les scandaleux bénéfices et hauts salaires des plus riches, assez peu croient à l’aménagement du système capitaliste, qui est impossible. La sixième République voulue par Mélenchon, qui se déclarait prêt à gouverner (c’est à dire à diriger un État impérialiste  instrument des monopoles capitalistes qu’il prétend dénoncer), aurait été dans la continuité des précédentes, puisqu’elle maintient la propriété privée, l’exploitation… La FI propose seulement de taxer les profits financiers, d’aider l’investissement et pas la spéculation… La social-démocratie a pour fonction de maintenir la dictature de la classe bourgeoise en dévoyant les revendications des travailleurs et leurs aspirations à un renversement du système. Au moyen de slogans démagogiques sur le partage des richesses, l’égalité et la justice sociale, elle veut entraîner le mouvement populaire vers des fausses solutions qui ne remettent pas en cause le pouvoir du capital, la propriété privée des entreprises, l’exploitation des travailleurs.

La social-démocratie maintient encore ses positions dans les syndicats, mais la bourgeoisie avec la loi El Khomri veut se passer du «pluralisme syndical». Les directions syndicales avaient circonscrit et ensuite arrêté le mouvement contre la loi EL Khomri en comptant sur une victoire électorale de la gauche. Il n’y a pas, à leur niveau, de volonté d’un grand mouvement avec la grève générale qui mettrait en cause la dictature du capital et l’exploitation, mais au contraire un attentisme envers Macron, alors qu’il s’apprête à étendre la primauté des accords d’entreprises à tous les domaines (salaires, temps de travail…), la destruction de la sécurité sociale, de nouveaux cadeaux fiscaux aux entreprises… Les réformistes syndicaux vont probablement mener la bataille contre les ordonnances au nom de la défense de «notre démocratie» et du «dialogue social».

Macron veut supprimer les cotisations sociales du patronat et faire payer les travailleurs par l’augmentation de la CSG et d’autres impôts. Par contre, il veut ramener l’impôt sur les sociétés à 25%, supprimer les cotisations «patronales» pour les salaires payés au SMIC, supprimer 120.000 postes de fonctionaires, instaurer un prélèvement forfaitaire unique sur l’ensemble des profits (immobiliers, dividendes et plus-values…) l’exonération partielle de l’ISF… Pourtant, tous ces sacrifices pour les travailleurs et ces cadeaux aux patrons ne suffiront pas à restaurer la compétitivité ni à sortir le capitalisme de sa crise.

La volonté de lutte grandit à la base, mais le mouvement spontané est marqué par un aranrcho-syndicalisme, voire un anti-syndicalisme, à cause de la compromission des directions confédérales et de l’absence de parti révolutionnaire. La lutte contre la destruction du Code du Travail et des acquis des travailleurs nécessite la remise en cause dans les luttes de la logique du profit et la défense des besoins des travailleurs par des luttes, des grèves, des manifestations, des blocages. Elle nécessite la dénonciation de la social-démocratie, de son pouvoir dans les syndicats, et la construction d’un véritable parti communiste ayant pour objectifs le renversement de la bourgeoisie et la construction du socialisme, qui, contrairement à la sixième république de Mélenchon, reposera sur le pouvoir réel des travailleurs.

Déjà, Macron sait qu’il n’a pas l’adhésion des larges masses qui était annoncée. Les affaires qui éclaboussent des membres de son premier gouvernement illustrent le pourrissement du système capitaliste qui ne peut plus être masqué en plaçant des nouvelles têtes au pouvoir.

La fameuse loi de moralisation de la vie politique se heurte au fait qu’il n’y a pas de morale sous le capitalisme autre que celle de l’appât du profit maximum. Les affaires immobilières de Ferrand et les emplois fictifs des uns et des autres, les détournements de fonds publics ne doivent pas occulter le détournement permanent et légal qu’opère la bourgeoisie par l’accaparement de la plus-value produite par les travailleurs. Le rejet du système grandit, il y a une compréhension plus facile de la nécessité de la révolution. L’organisation de la population travailleuse ne peut pas se faire avec les institutions de la bourgeoisie, mais dans des comités de base (de citoyens, de travailleurs…) servant de contre-pouvoir et exprimant les revendications des travailleurs. Des conseils citoyens s’opposent donc aux diverses «démarches quartiers» dans lesquels les gens sont invités à donner leur avis sur des projets déjà élaborés et qu’ils ne peuvent pas remettre en cause. La démocratie consiste à exprimer les besoins des travailleurs en matière d’emploi, de logements, de libertés démocratiques… et élaborer les objectifs et les axes de luttes pour satisfaire les revendications. Cela passe par obliger les élus à les soutenir, à tenir les quelques promesses valables qu’ils avaient faites pendant leur campagne électorale, dénoncer ceux qui ne les tiennent pas et se rendent complices du capital… L’Organisation révolutionnaire doit, dans ces collectifs, exprimer le point de vue de classe, la nécessité de la révolution, du bris de l’État bourgeois.

En cette année du centenaire la la Révolution d’Octobre, que la S-D et la bourgeoisie dénigrent (les trotskistes disent qu’après la mort de Lénine, tout était par terre), le prolétariat doit à nouveau construire et imposer sa dictature contre le mode de production capitaliste et son système politique.

Il faut défendre le socialisme et l’URSS; comme pour la Commune, se baser sur ce qui a réussi pour une nouvelle tentative de renversement de la bourgeoisie et de construction du socialisme. Donc, partir des revendications et des besoins et expliquer comment le socialisme peut les satisfaire, donc comment fonctionne ce système, quelles sont ses lois économiques, comment il se base sur la démocratie véritable en opposition à ce qui existe dans le système actuel et à ce que proposent les réformistes.

Le Collectif prépare déjà sa contribution à la commémoration d’Octobre 1917, entre autres lors de la Fête de Saint-Denis, malgré l’hostilité de groupes ou d’individus qui ne manquent jamais l’occasion de déverser leur haine sur l’URSS et le socialisme, puisqu’en définitive ils trouvent un intérêt à sauver le capitalisme. Par notre contribution, nous aidons à la prise de conscience révolutionnaire, nécessaire pour que les luttes des travailleurs convergent et trouvent un aboutissement en faveur de leurs intérêts, contre ceux de la bourgeoisie.

QUELLE MORALITÉ PUBLIQUE SOUS LE CAPITALISME?

Le gouvernement Macron soutient Richard Ferrand; cela revient à soutenir l’exploitation de l’homme par l’homme dans la logique économique du système capitaliste. Ce gouvernement qui comprend des agents du MEDEF comme Muriel Perricaud, Ministre du travail ou Antoine Foucher son directeur de cabinet, soutient également l’arnaque mutualiste qui spolie les assurés au profit du ministre de la cohésion des territoires et de son cercle familial. Ainsi, lorsque c’est privé, la moralité de la vie politique exempt le capital et tolère le détournement financier d’une prestation qui prétend servir publiquement les administrés.

Il est évident que face à la découverte de possibles magouilles personnelles opérées sur des mutuelles privées, une seule solution s’impose pour garantir l’intérêt général: c’est le remboursement à 100% des prestations sociales par la Sécurité Sociale et la suppression des mutuelles qui coûtent cher aux travailleurs. La vraie moralité de la défense des intérêts publics sans tache pour la vie politique passe donc par l’expropriation de la propriété privée des moyens de production et d’échanges détenus par les capitalistes qui sont tous des profiteurs avides d’appropriation des richesses créées par le travail.

AFFAIRES ET COLLUSIONS

Un article de Médiapart accuse la candidate REM de la 2ème circonscription de Saint-Denis d’agir en «propriétaire voyou», en révélant qu’elle louait illégalement dans un immeuble particulièrement insalubre. Stéphane PEU, candidat FI et PCF (malgré le désaccord entre les deux) aux législatives dénonce «l’illusion de la moralisation de la vie politique». Mais il ne s’est jamais soucié des loyers exorbitants prélevés par les propriétaires privés d’appartements qu’on ne qualifie point de marchands de sommeil, parce qu’il ne s’agit pas d’immeubles insalubres. Ce candidat, soutenu à la fois par EELV, Mélenchon et Braouezec qui avait soutenu Macron dès le premier tour des présidentielles, pointe bien l’aspect moyenâgeux du système, mais ne remet pas en cause sa logique exploiteuse ni sa nature crapuleuse et profiteuse. Ce qui le conforte, c’est le contrat de mandature reposant sur le programme de Mélenchon et du PCF qui ne remet nullement en cause ni la propriété privée exploiteuse, ni le processus de privatisation du service public dont la Mairie de Saint-Denis est coutumière.

Quant au député PS Hanotin, il se dit horrifié par les comportements de la candidate REM, mais  Ferrand ne vient-il pas du PS? Faut-il rappeler les affaires dans lesquelles ce parti est impliqué?

Outre que le nouveau président veut faire payer les garanties sociales ouvrières par les travailleurs pour en décharger les patrons, la réforme du Code du travail constitue sa priorité. En voulant instaurer la possibilité de déroger aux accords de branche par un référendum à l’initiative de l’employeur, en ouvrant le champ au chantage à l’emploi pour conditionner le «dialogue social», le gouvernement Macron oriente bien sa politique vers la satisfaction des revendications du MEDEF avec une restriction de la protection et des libertés des travailleurs.

Tous ceux qui s’opposeront avec les travailleurs à la politique d’austérité programmée par le gouvernement Philippe-Macron seront les bienvenus. Pourtant, nous devons faire le point de l’efficacité des différentes propositions de la gauche. En effet, même si on ne peut pas établir un parallèle entre la France et la Grèce sur le plan de la taille des deux pays, le système Tsipras a démontré qu’on ne peut pas faire aboutir les revendications des travailleurs sans renoncer à la logique économique du système capitaliste. S’il y a plusieurs soutiens aux luttes contre la réforme du travail, une seule perspective sera valable: la révolution socialiste.

SUR LA RECOMPOSITION DES FORCES POLITIQUES DE LA BOURGEOISIE

Alors que les partis traditionnels du capital PS et Républicains ont été désavoués au 1er tour par les électeurs qui se sont tournés vers des partis se présentant comme contestataires ou ont refusé de voter ou de choisir entre les candidats qui ne remettaient pas en cause le système, la bourgeoisie a réussi à préserver son dispositif de domination en mettant au pouvoir des individus issus directement de sa classe ou s’engageant à la servir. Elle a aussi, à travers la recomposition des forces politiques, fait en sorte que se maintienne une social-démocratie autre que le PS et ses appendices PCF, FdG et autres groupes réformistes, à travers la France Insoumise de Mélenchon. La social-démocratie a pour fonction de maintenir la dictature de la classe bourgeoise en dévoyant les revendications des travailleurs et leurs aspirations à un renversement du système. Au moyen de slogans démagogiques sur le partage des richesses, l’égalité et la justice sociale, elle entraîne le mouvement populaire vers des fausses solutions qui ne remettent pas en cause le pouvoir du capital, la propriété privée des entreprises, l’exploitation des travailleurs. Mélenchon, convaincu qu’il pourra maintenir ses candidats dans 70% des circonscriptions aux législatives, se dit ainsi prêt à gouverner en cohabitation avec Macron une France impérialiste dont l’appareil d’État est aux mains de l’oligarchie financière qui exerce sa dictature également en soumettant la souveraineté du pays à l’Union Européenne. Dans le cas où son rêve deviendrait réalité, il ne prévoit pas d’exproprier le capital mais d’emprunter aux banques pour financer ses plans d’investissement. Il ne prévoit pas non plus de remettre en cause l’État bourgeois, mais de donner à la bourgeoisie de nouvelles institution au moyen d’une sixième République. Quant aux interventions de l’armée française contre la souveraineté des peuples, jamais condamnées par Mélenchon, elles pourront se faire sous couvert de l’ONU, c’est à dire selon les intérêts des puissances impérialistes et des monopoles qui les dirigent. Pour relancer l’économie, le France Insoumise veut remplir les carnets de commande des entreprises, ce qui revient à favoriser l’aggravation de l’exploitation capitaliste (augmentation de la plus-value) puisque le bénéfice est rentabilisé au détriment des salaires, des conditions de travail, des effectifs.

Les ralliements à Macron de politiciens de droite comme de gauche et de personnalités venant du patronat illustrent la volonté du pouvoir d’appliquer sans limite les contre-réformes mises en oeuvre par les précédents gouvernements de Hollande, Sarkozy…

Suite à la débâcle du PS et à son éclatement, le PCF, qui était largement dépendant de ses alliances avec ce parti, est menacé de perdre la plupart de ses élus. Les concessions qu’il s’est obligé à faire à la France Insoumise ne sont pas de nature à limiter les dégâts. Dans ses municipalités, le PCF social-démocratisé depuis les années 80, a fait le choix d’une gestion de la misère sociale dans le cadre d’un désengagement de l’Etat, ce qui a conduit à appliquer localement la politique du capital: privatisation de services municipaux, compression du personnel et attaques contre les avantages et les statuts, gestion des parcs d’habitations selon les règles du privé, y compris en recourant aux expulsions de locataires… ouverture large des marchés publics aux grands groupes SUEZ, VINCI, VEOLIA, EIFFAGE… Les cas de carriérisme, de clientélisme, se sont multipliés, sans faire l’objet de quelconques sanctions ni exclusion d’un parti dépourvu de toute idéologie communiste et de règles de fonctionnement démocratique telles que la discipline, la discussion à tous les niveaux.

La lutte contre la destruction du Code du Travail et des acquis des travailleurs ne dépend pas d’une victoire électorale dans un parlement largement dépourvu du moindre pouvoir de s’opposer aux directives de l’Union Européenne et aux contre-réformes du gouvernement Macron. Elle nécessite la remise en cause de la logique du profit et la défense des besoins des travailleurs par des luttes, des grèves, des manifestations, des blocages. Elle nécessite la dénonciation de la social-démocratie, de son pouvoir dans les syndicats, et la construction d’un véritable parti communiste ayant pour objectifs le renversement de la bourgeoisie et la construction du socialisme, qui, contrairement à la sixième république de Mélenchon,  reposera sur le pouvoir réel des travailleurs.

Macron président: une voie royale pour une cohabitation atypique

Résultats du 2ème tour de la présidentielle 2017: officiellement, Macron recueille 66,1%, soit 20.753.797 de voix, Le pen 33,9% soit 10.644.118. Ces chiffres sont réels à condition que l’on ne prenne pas en compte l’abstention, les votes blancs et nuls qui ont rejeté Macron et Le pen et qui représentent la 2ème force politique en France avec 33,99% de l’opinion par rapport aux suffrages exprimés. L’abstention totalise 25,44%, les blancs 2,23% et les nuls 6,33% soit 16 millions d’électeurs au total. Cela ramènerait Macron à 43,63% des voix et Le pen à 22,38%. Si on considère qu’un certain nombre de voix de Macron se sont exprimées uniquement pour faire barrage à M. Le pen et qu’une partie des voix de cette dernière visaient à s’opposer à Macron mais pas à soutenir le programme du FN, cela ramène chaque candidat aux suffrages capitalisés du premier tour. Cela est très loin de donner à Macron la majorité et faire de Le pen la principale force d’opposition comme le décrivent à loisir les medias. Pourtant, la soumission, la trahison, et les affiliations vont bon train dans la perspective des législatives pour donner à la bourgeoisie une majorité de combat en «marche» contre les acquis des travailleurs. A l’opposé de l’image peu glorieuse de cette «république en marche» pour un capitalisme débridé, Le pen est présentée comme l’épouvantail officiel pour canaliser le mécontentement et la colère populaire, pour finalement à chaque consultation électorale la stériliser. Le FN est une baudruche gonflée par le capital et dégonflée en cas de danger à chaque présidentielle. Ce parti ne fait rien d’autre que de rendre gouvernable les institutions actuelles, il fait donc partie du système. Il faut faire disparaître le FN du paysage politique français pour permettre enfin l’expression d’une véritable radicalisation nationale et internationale des luttes sociales, seule résistance réelle à l’exploitation capitaliste. Quant aux fuites vers la nouvelle majorité présidentielle, elles préludent déjà d’une crise politique qui va s’aggraver au PS et chez les Républicains, pour restructurer une recomposition anti-ouvrière de la politique française. Par exemple, Bruno le maire, Gérard Colomb, Manuel Valls, Edouard Philippe, maire du Havre et partisan de Juppé… ont ouvert la voie d’une future cohabitation atypique de personnalités encartées mais prêtes à collaborer avec le pouvoir.

Le PS recompose la social-démocratie et crée les conditions du vote utile pour donner une majorité à Macron, comme le fait Cambadelis, mais sans adhérer à la «République en Marche». Aubry, Hidalgo, Hannotin créent leur mouvement, Hamon le sien. Mélenchon est appelé à incarner la nouvelle social-démocratie. Sans compter les surprises à venir du genre de celles à quoi nous a habitué Patrick Braouezec, affiché comme pro-Macron mais qui appelle à soutenir Stéphane Peu candidat du PCF, ou Robert Hue déjà engagé avec Macron lorsqu’il était candidat.

La recomposition sert l’incitation au vote utile

Le nouveau président qui, selon la propagande officielle du pouvoir, est parti de rien, est prêt à aider les candidats aux législatives qui rallieraient la «république en marche» grâce à son prêt personnel de 8 millions d’euros auxquels s’ajoutent les dons de 13 millions de la campagne des présidentielles qui n’ont pas été dépensés en totalité. L’opposition anti-capitaliste doit absolument trouver sa voie avec la création d’un parti révolutionnaire réellement reconnu par la classe ouvrière. Le danger d’une aggravation drastique de l‘austérité sociale est maintenant imminent. Pour commencer, Macron veut supprimer les cotisations sociales au patronat et faire payer les travailleurs via la CSG et l’impôt. Par contre, il veut ramener l’impôt sur les sociétés à 25%,, supprimer les cotisations patronales pour les salaires payés au SMIC, incitant la baisse générale de la plupart des salaires. Le nouveau président veut ouvrir les droits de l’assurance chômage aux entrepreneurs, instaurer un prélèvement forfaitaire unique sur l’ensemble des profits (immobiliers, dividendes et plus-values…) l’exonération partielle de l’ISF… Les contacts internet de la «France insoumise» ne remplaceront point le travail militant de proximité avec les travailleurs et les masses pauvres, que doit entretenir un parti véritablement révolutionnaire. Il ne s’agit pas aujourd’hui d’appeler à une opposition électorale, épargner le capital en proposant de lui donner des institutions nouvelles et un bon carnet de commandes, il faut organiser la révolution socialiste! Dans l’immédiat, il faut privilégier la grève plutôt que le dialogue social, les manifestations et occupations d’usines pour empêcher les restructurations et les fermetures d’entreprises plutôt que la consultation électorale dont les dès sont pipés à l’avance. La solidarité entre les travailleurs qui défendent leur emploi et la population peut aller jusqu’à la barricade. La révolution socialiste avec le contrôle ouvrier et populaire est la seule perspective contre la crise du capitalisme.

SUR LES RÉSULTATS DU 1er TOUR

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle de 2017 confirment que cette mascarade de démocratie ne pouvait apporter aucun changement favorable aux travailleurs. Parmi les 11 candidats qui figuraient au premier tour,  si certains remettaient en cause le monarcho-présidentialisme et promettaient des réformes institutionnelles en faveur de plus de démocratie, aucun n’avait comme perspective de remettre en cause l’existence de la bourgeoisie, sa dictature, son État. Aucun n’apportait une perspective révolutionnaire, et pour cause, puisque la participation à une telle élection décrédibilisait tout discours véritablement anti-capitaliste et confortait les illusions sur un possible aménagement du système en faveur du peuple travailleur.

Le candidat favori de la bourgeoisie est à présent au second tour face à la représentante du FN. Les ralliements de nombreux politiciens de «gauche», dès avant le premier tour, à ce candidat des monopoles qui a porté des coups très durs aux travailleurs lors de son passage au gouvernement Hollande et qui promet d’autres mesures de régression sociales, puis les appels à faire barrage au FN en utilisant le bulletin qui porte son nom, annoncent une intégration encore plus grande du social-réformisme dans le cadre de la recomposition du système de représentation politique. Cette recomposition est une conséquence du rejet et à la défaite des partis traditionnels, en premier lieu du PS. Ce faisant, la bourgeoisie ne peut maintenir sa dictature sans reconstruire une social-démocratie, que Mélenchon, avec son score relativement important, est appelé à incarner. Le social-réformisme, qui prône des mesures d’aménagement et d’humanisation du capitalisme, ne peut conduire qu’à la trahison comme en Grèce.

Les travailleurs n’ont aucun intérêt à élire une politicienne qui prône la division entre travailleurs français et immigrés. ni à favoriser un candidat du capital monopoliste au nom du «front républicain». C’est à la classe bourgeoise d’assumer les conséquences de son système politique anti-démocratique.

Le Collectif DÉFENSE appelle à intensifier les luttes contre le capital pour les revendications économiques, démocratiques, politiques, en remettant en cause la logique du profit, la propriété privée des entreprises, la dictature de la bourgeoisie. Notre tâche est de préparer la révolution socialiste, en reconstruisant un véritable parti communiste ouvrier révolutionnaire.

SUR LES ÉVÉNEMENTS EN GUYANE

Le mouvement de révolte qui affecte la Guyane, vieille colonie française sur le continent américain, illustre l’antagonisme entre la majorité de la population travailleuse et la bourgeoisie impérialiste qui maintient ce territoire dans un sous-développement comparable aux pays du «tiers-monde». Aux revendications sécuritaires et économiques se greffent peu à peu une aspiration à une plus grande autonomie afin que les richesses, issues de l’industrie aérospatiale, de l’extraction d’or, de tantale, de bauxite, du bois, de la pêche… profitent à la population guyanaise.

Le mouvement est bien sûr traversé par les contradictions entre les demandes du patronat d’obtenir des crédits et des investissements de la part de l’État pour continuer de profiter des subsides de la métropole et exploiter les travailleurs, et les revendications majoritaires portées par les travailleurs et leurs syndicats pour le développement du service public et son extension à toute la population, pour l’emploi, les salaires…

Une partie du patronat appelle déjà à l’apaisement, alors que le déblocage d’un milliard d’euros n’est pas de nature à améliorer sensiblement les conditions de vie des Guyanais.

Il appartiendra à ceux-ci de déterminer quel devra être le statut futur de la Guyane et dans quel conditions il pourra être obtenu, quelles luttes devront être menées. Il est certain que la politique coloniale actuelle est préjudiciable au développement du pays, et que le peuple guyanais doit pouvoir exercer son droit à l’auto-détermination, y compris, s’il le veut, jusqu’à l’indépendance, comme celui du Surinam qui a obtenu la sienne en 1975 et du Guyana en 1966.

LE COLLECTIF DÉFENSE CONDAMNE L’AGRESSION IMPÉRIALISTE CONTRE LA SYRIE

Le bombardement US contre la base aérienne de Shayrat sous le prétexte de punir la soi-disant attaque chimique de Khan Cheikhoun est une agression contre la souveraineté de la Syrie et une escalade dans la guerre impérialiste à laquelle se livrent les grandes puissances occidentales, leurs alliés régionaux et les groupes terroristes qu’ils financent et qu’ils arment contre ce pays.

Sans attendre une quelconque enquête sur la nature des gaz et les circonstances de l’attaque, qui se produit quelques jours après que Trump ait convenu qu’il fallait tenir compte de la réalité du régime politique en Syrie et que cette question ne concerne que les Syriens, Trump, Hollande, Merkel et leurs alliés impérialistes, relayés par les grands médias, ont accusé Bachar El Assad d’avoir bombardé le village avec des armes chimiques et appelé à une «riposte» militaire. Outre le fait que l’Armée arabe syrienne n’a pas besoin de telles armes pour gagner la guerre, et que le gouvernement syrien s’est engagé à ne jamais les utiliser, pas même contre les terroristes, il faut rappeler que les armes chimiques syriennes avaient été détruites en 2014 sous le contrôle de l’OIAC suite à un accord entre la Russie et les USA. Cela faisait suite à l’utilisation de gaz toxiques par les «rebelles» le 21 août 2013 alors qu’une mission d’enquête se trouvait dans le pays, cette attaque devant servir de prétexte pour une attaque de grande envergure à laquelle la France était prête à participer. Ces dernières semaines, le gouvernement syrien ne cessait d’alerter l’OIAC et la communauté internationale sur la possession de gaz de combat par les groupes terroristes. D’autres cas d’utilisation de gaz toxiques par les «rebelles» visant à en faire porter la responsabilité par l’armée syrienne s’étaient produits, souvent à la veille de réunions internationales sur la question syrienne afin de saboter tout effort de règlement politique du conflit et d’obtenir par une intervention militaire directe ce que les terroristes ont échoué à obtenir: la destruction de la Syrie, son morcellement en entités basées sur le confessionalisme, soumises à l’impérialisme et dirigées par des pantins prêts à lui brader les richesses pétrolières et gazières.

Les candidats à la présidentielle française Macron, Hamon, rivalisent et surenchérissent dans les appels à l’internationalisation de l’agression, les quelques réserves exprimées par Fillon portant sur les conséquences imprévisibles d’une escalade, en particulier vis à vis de la Russie. Macron veut que l’armée française soit pleinement engagée. Les autres candidats, dont certains se distancient avec l’action unilatérale de Trump et en appellent à l’ONU pour trouver une solution politique, portent tout de même la responsabilité soit de soutenir l’impérialisme français en le présentant comme soumis à l’OTAN et à l’Union Européenne (comme si une France plus indépendante serait moins belliqueuse et impérialiste), soit d’avoir soutenu la soi-disant «révolution syrienne» et mis dos à dos l’État Syrien et l’ État Islamique, justifiant et accompagnant ainsi les ingérences et actes hostiles contre la Syrie.

Le bombardement US et la campagne d’intoxication qui l’accompagne visent aussi à couvrir les crimes commis par les impérialistes qui bombardent régulièrement la Syrie: l’aviation US et turque, qui tuent des dizaines de civils sans pour autant porter de coups significatifs contre l’E.I., Al Nosra et autres, qui sont en réalité leurs créations. C’est l’armée syrienne, en coordination avec l’armée russe qui intervient avec l’accord du gouvernement légal, qui porte les coups décisifs contre les terroristes et progresse chaque jour avec l’objectif de la libération complète du territoire. La Syrie est également frappée parce qu’elle s’oppose à l’impérialisme sioniste et soutient la lutte des peuples palestinien et libanais contre l’expansion et l’agression d’Israël, dont les crimes sont toujours impunis.

Les événements actuels prouvent, s’il le fallait encore, l’inévitabilité des guerres tant que perdure le capitalisme, incapable de résoudre sa crise. Le Collectif DÉFENSE appelle les travailleurs de France à refuser toute participation de leur pays à l’agression contre la Syrie, à dénoncer les politiciens, journalistes et intellectuels fauteurs de guerre, à intensifier leurs luttes pour leurs revendications, puisqu’il semble qu’il y ait tout à coup assez d’argent pour financer une nouvelle intervention militaire, et à exiger que la France cesse son soutien à Israël. Laisser l’impérialisme intervenir revient à priver les peuples de leur initative de lutte pour la paix et le progrès social.

Ce n’est pas un changement d’institutions ou des pseudo-réformes qui ne changeront rien au système dont nous avons besoin. C’est par la révolution qu’il faut renverser le capitalisme et édifier une société socialiste basée sur la propriété collective des grandes entreprises et le pouvoir des travailleurs, dans laquelle les richesses profiteront à toute la société et non plus à une poignée d’actionnaires et de possédants. Seul le socialisme garantira la paix et le bien-être pour tous.

7 avril 2017