COLLECTIF "DÉFENSE"

Accueil » Actualités » Primaire à gauche? Mais pour quoi faire?

Primaire à gauche? Mais pour quoi faire?

Les institutions de la V° République ont fait du président élu au suffrage universel direct, un super valet du capital. Les décisions les plus importantes sont prises dans les conseils d’administration des grands monopoles privés et au niveau des banques d’affaires, afin que l’Etat s’y conforme. Toutes les institutions et administrations de l’Etat sont mises au service des intérêts de la bourgeoisie. Les guerres impérialistes sont la démonstration de ce fonctionnement systémique, puisque en définitif elles finissent toujours par être profitables à Total, Carrefour, EADS, Sanofi et consort. Il faut donc remettre en cause le capitalisme avec les institutions de la Ve République anti-démocratiques et performantes au service de la bourgeoisie, au lieu d’appeler à les valider avec des élections partielles pour ne rien changer. Que la gauche choisisse Duflot, Mélenchon, Laurent ou Hollande, ce sont les restructurations industrielles, les aides publiques au capital, la suppression progressive des garanties sociales et la baisse des salaires qui tiendront le devant de la scène, quel que soit celui qui sera élu président. Avant l’élection on propose, et après c’est le capital qui dispose!

Primaire à gauche avec ou sans le PS?

Chacun sait aujourd’hui que la majorité issue des élections législatives sera conforme au résultat du 2ème tour des élections présidentielles ou à peu près (front républicain PS-Droite ou l’inverse). Les alliances politiques qui constituent la majorité de droite ou de gauche devront de toute façon se conformer aux orientations présidentielles pour gérer les intérêts des monopoles capitalistes (solidarité gouvernementale). C’est une incitation permanente au vote «utile», qui pérennise et sécurise le principe de la défense des intérêts de la bourgeoisie, avec la domination des partis les plus importants au service du capital, PS et Républicains. Le FN, loin de changer la donne, participe à alimenter la fausse opposition «droite-gauche», au fur et à mesure qu’il progresse en influence, et même lorsqu’il est en tête de tout les autres scores électoraux. Ainsi Cambadélis premier secrétaire du PS sait bien qu’avec ou sans son parti, primaire à gauche ou pas, le front républicain garantira la primauté soit au PS soit aux Républicains, et qu’il faudra bien que les partis de gauche fassent bloc derrière Hollande sous peine d’être privés d’avantages électoraux offerts par la majorité. La preuve par le PCF: renonce t-il à l’alliance avec le PS? N’a t-il pas appelé à voter Hollande au deuxième tour des présidentielles?…

Les frondeurs, roue de secours supplémentaire du PS

Les socialistes frondeurs répondent présent au rassemblement proposé par le PCF pour garantir la suprématie de la social-démocratie en toutes circonstances. Ainsi, dans tous les cas une primaire à gauche sans le PS sera quand même un point d’appui pour faire une réserve de voix pour le deuxième tour. Le PCF les Verts et les Frondeurs s’emploient donc à organiser un grand tapage médiatique au risque de faire passer sous silence les luttes des travailleurs contre les atteintes aux libertés, les CDI, les garanties sociales, les 35 heures, les salaires et la retraite.

Pour une véritable alternative révolutionnaire

La véritable question contournée par le réformisme de gauche est aujourd’hui de tout faire pour donner la parole aux travailleurs et à leurs organisations. Ce sens du rassemblement n’est nullement intégré par les partis de gauche actuellement, alors il faut le créer et se battre pour le faire exister. Pour rejeter la crise avec le capitalisme qui l’engendre, il faut une économie planifiée, contrôlée par les travailleurs. Pour cela les grands moyens de production, les administrations et les banques doivent immédiatement être collectivisées. La propriété privée des moyens de production et d’échange devra disparaître progressivement au profit de la propriété collective. Dans ces conditions, ce sont les revendications des travailleurs qui ouvrent la perspective de la construction du socialisme, basé sur la satisfaction des besoins. Ainsi la lutte revendicative et anticapitaliste constitue la véritable voie démocratique menant à la révolution et à la construction du socialisme.

Comment donc appréhender les présidentielles sans qu’elles empiètent sur les luttes sociales?

Il faut d’abord boycotter les élections présidentielles et privilégier les luttes au lieu de mener campagne pour un candidat pendant cette période. Les élections législatives peuvent par contre représenter un instant de la lutte contre le capital avec des candidats révolutionnaires. Dans ces conditions, les voix capitalisées par les candidats révolutionnaires serviront la mobilisation sociale et anticapitaliste. Avant comme après, et qu’ils soient élus ou pas, nos candidats seront un point d’appui majeur pour développer les luttes. Tout doit être mis au profit de l’organisation de la révolution socialiste, seul moyen véritable pour faire capoter la politique d’austérité du capital. Adhérer au Collectif «DEFENSE», c’est faire un pas vers ce dont on a le plus besoin: une alternative ouvrière révolutionnaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :