COLLECTIF "DÉFENSE"

Accueil » Actualités » DÉBAT « CAPITALISME OU SOCIALISME? »

DÉBAT « CAPITALISME OU SOCIALISME? »

Le Collectif a organisé le 1er mars 2016 un débat sur le thème « quel choix de société aujourd’hui, capitalisme ou socialisme? » avec des travailleurs et sympathisants. Voici le rapport d’introduction:

 

CAPITALISME OU SOCIALISME?

Dix jours avant les attentats du 13 novembre 2015, la télévision publique diffusait une série intitulée «Apocalypse Staline», qui avait pour objet de raconter comment la première expérience de construction d’une société autre que le capitalisme avait conduit à la prise du pouvoir d’un tyran omnipotent, à un déchaînement de barbarie à l’encontre de la population et de ceux qui avaient fait la révolution, à un déferlement de calamités telles que la famine, les privations, les persécutions arbitraires, le travail forcé, l’embrigadement idéologique… La diffusion de ce concentré de falsifications, de clichés, de calomnies, caractérisé par l’absence de rigueur scientifique et historique, ne servait pas essentiellement à salir la mémoire de Staline; ce discours sur le «tyran paranoïaque et génocidaire» fait consensus dans toute la classe politique, du trotskysme jusqu’à l’extrême-droite en passant par le PCF, se retrouve dans les manuels scolaires et les ouvrages de vulgarisation historique, au point d’avoir profondément façonné l’opinion publique. Le but de ce genre de documentaires est plutôt d’inculquer l’idée que toute tentative de remettre en cause le système capitaliste, même avec des idées généreuses, égalitaires, progressistes au départ, aboutirait finalement à une catastrophe, à une «apocalypse» encore plus effroyable que les pires crimes que nous voyons dans le monde actuel, et que même si le capitalisme est imparfait, injuste, parfois cruel, il n’y a pas d’autre système possible et qu’il faut essayer de l’améliorer, de combattre ses aspects inhumains, mais surtout ne pas toucher à ses fondements et ne pas s’aviser d’envisager une autre société.

Pourtant, de 1917 aux années 1989-1991, et encore aujourd’hui dans quelques pays comme Cuba et la Corée populaire, des millions de gens ont vécu sous un autre système –le socialisme-, caractérisé, avec plus ou moins de variantes selon les pays, par la possession commune par toute la nation des grands moyens de production, du sol, par la participation directe des travailleurs à la direction de l’économie et à l’administration de l’Etat, par une planification démocratique permettant un développement harmonieux et une modernisation de l’économie sans recours à l’exploitation de l’homme par l’homme, sans pillage colonial ni oppression des minorités nationales, sans guerres de rapine, et avec quasiment aucune aide de l’extérieur. Le développement économique, s’il exigeait parfois de grands sacrifices du fait du sous-développement initial et de la guerre économique, politique et même militaire menée par le monde capitaliste contre le socialisme, s’accompagnait de l’élévation du niveau de vie, de la liquidation des tares du capitalisme: analphabétisme, chômage, malnutrition (ou malbouffe), prostitution, délinquance, racisme… Un grand nombre de services étaient gratuits ou très bon marché: instruction, logement, médecine, justice, transports… à tel point que la course à l’argent et à l’enrichissement était une valeur majoritairement réprouvée. La contribution essentielle de l’URSS à la défaire du fascisme hitlérien et japonais en 1945, qui est actuellement minimisée ou carrément niée, a prouvé que les peuples de l’URSS, sous la direction du Parti Communiste bolchévik, avaient su édifier un pays puissant et mobiliser les ressources nécessaires pour défendre le socialisme et la liberté des peuples.

De l’autre côté, le capitalisme, parvenu depuis le début du 20e siècle à son stade impérialiste, caractérisé par le partage du monde entre quelques grandes puissances, par la fusion du capital bancaire et industriel en un capital financier, par la prédominance de l’exportation des capitaux, par la concentration de la production entre quelques grands monopoles qui détiennent le pouvoir sur les Etats et se livrent à une guerre sans merci pour la domination des marchés, était entré en crise permanente de surproduction. Celle-ci, qui est inhérente à ce stade du système, a pour cause la concurrence entre les monopoles qui pousse chacun d’entre eux à produire le plus possible pour vendre ses marchandises au détriment de ses concurrents, non parce que la production de biens serait le but du capitalisme, mais parce que c’est lors de la production de la marchandise que l’ouvrier crée la plus-value, et que celle-ci est accaparée par le possesseur de l’entreprise. L’absence de planification de l’économie, du fait de la propriété privée et de la libre-concurrence, entretient dans la société l’anarchie de la production. Celle-ci n’est jamais orientée selon les besoins de la population, mais selon le taux de profit qu’elle permet d’engendrer. Pour maintenir son taux de profit à un niveau maximum, la classe capitaliste doit réduire au minimum les salaires et augmenter la productivité. A un degré avancé de la crise, les marchés sont saturés de marchandises qui ne trouvent pas preneurs et de capitaux qui ne trouvent pas de débouchés pour s’investir. C’est ce qui explique la situation absurde où des millions de tonnes de marchandises sont gaspillées et détruites alors que la majorité de la population est dans le besoin, que le capital cherche à conquérir de nouveaux marchés et de nouvelles richesses par des expéditions coloniales, et que la guerre économique finit par se transformer en guerre militaire pour la destruction du capital concurrent ou excédentaire, pour un nouveau partage du monde. Maintenant que le camp socialiste a été détruit, que le capitalisme s’est répandu partout, les acquis des travailleurs fondent comme neige au soleil. La crise mondiale affecte tous les domaines de la vie. Le capitalisme est à bout de souffle, car il ne peut plus se contenter du seul profit obtenu par l’exploitation de la force de travail. Les entreprises multinationales ont aussi besoin d’aides massives des Etats pour sauvegarder leur compétitivité. Elles demandent aux gouvernements et obtiennent la liquidation de tous les acquis sociaux, l’allongement de la durée du travail, la destruction des garanties et des droits des travailleurs. Seule la guerre, source de profits élevés grâce aux commandes de l’Etat et au pillage, peut encore relancer le système.

La lutte entre les deux systèmes, capitalisme et socialisme, qui correspond à la lutte entre la classe bourgeoise et la classe qui ne possède que sa force de travail: le prolétariat, a vu la victoire, temporaire, du capitalisme, avec le renversement du socialisme en URSS et dans les pays de démocratie populaire. Le socialisme, nous l’avons évoqué brièvement, avait pourtant prouvé sa viabilité et sa supériorité sur le capitalisme, qui avait échoué à le détruire militairement. Si l’encerclement et la politique agressive de l’impérialisme ont joué un rôle dans le processus qui a conduit à la destruction du socialisme, les causes de la contre-révolution doivent être recherchées avant tout dans les contradictions qui persistaient dans la société, et qui sont inévitables sous le socialisme: l’existence de débris des anciennes classes exploiteuses qui aspirent à reconquérir leur paradis perdu, le maintien de formes de propriété coopératives, voire de petite production individuelle, la persistance de la loi de la valeur qui, de moyen de mesure de la richesse produite, pouvait devenir un vecteur de réintroduction de rapports marchands. Staline avait attiré l’attention sur ces problèmes et sur les dangers qui menaçaient le socialisme. Tant que la société n’est pas parvenue au stade du communisme, c’est-à-dire à un degré de développement élevé des forces productives où sera possible l’application du principe «de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins», où l’Etat pourra être remplacé par l’administration directe et collective de la société, la lutte des classes continue et s’aggrave sous le socialisme. Même si la bourgeoisie était liquidée, les bases matérielles pouvant provoquer la restauration du capitalisme étaient toujours présentes. Au sein du Parti et de l’Etat, existaient des courants reflétant les intérêts de couches aspirant au rétablissement du capitalisme à la campagne (Boukharine), s’opposant à la collectivisation, prônant une intégration au système économique mondial. Certains directeurs d’entreprises et dirigeants de comités locaux ou régionaux du Parti et qui recevaient des avantages matériels, concevaient leur fonction comme leur domaine exclusif et aspiraient à gérer non plus dans le sens du développement du socialisme et du pouvoir des travailleurs mais dans celui du bénéfice économique et de la consolidation de leurs avantages.

L’arrivée au pouvoir de Khrouchtchev en 1956 a signifié le début de l’offensive de la ligne liquidatrice, qui a peu à peu rétabli les rapports marchands et le critère du profit dans l’économie, abandonné la planification, développé la bureaucratie… Il a fallu 35 ans pour que se reconstitue une classe bourgeoise capable de renverser le socialisme. Ce n’est que sous Gorbatchev qu’on a réintroduit le prix de la force de travail dans celui de la marchandise. Il a fallu, au bout du compte, renverser l’Etat socialiste, liquider le Parti, pour que le capitalisme puisse être intégralement restauré.

Les luttes idéologiques qui ont marqué le développement du Parti et de la société socialiste, et que la bourgeoisie présente comme des luttes de rivalité entre Staline et ses opposants, sont le reflet de cette lutte de classe entre la voie socialiste et la voie capitaliste. D’où l’importance du rôle idéologique du Parti et de sa direction sur la société.

Face à la régression de civilisation et au danger de guerre, il n’est plus possible d’en appeler à des aménagements du capitalisme, à des réformes allant dans le sens du «progrès social», comme c’était possible à la fin de la 2e Guerre mondiale parce que le mouvement ouvrier et révolutionnaire était fort et parce que l’existence de l’URSS constituait une menace pour le capitalisme. Il est aussi vain d’espérer que le capitalisme s’effondre de lui-même sous l’effet de ses propres contradictions. Aujourd’hui, les luttes doivent prendre pour cible les fondements du système: la propriété privée des entreprises, la dictature de la bourgeoisie, son Etat et les institutions de l’impérialisme (OTAN, Union Européenne, FMI, OMC…). Les revendications doivent s’insérer dans une perspective révolutionnaire, en rejetant la logique de la compétitivité, en refusant de les limiter à ce qui est «possible» sous le capitalisme, conforme à sa logique économique et acceptable pour les patrons. Ceci implique la prise en mains par les travailleurs de leurs luttes et des organisations syndicales, par la reconstitution d’une avant-garde révolutionnaire. Ceci signifie qu’il faut rejeter l’apolitisme et, au contraire, politiser les revendications pour qu’elles soient une remise en cause permanente de la dictature de la bourgeoisie. Contre la loi El Khomri, il ne s’agit pas, comme le font les directions syndicales réformistes, de discuter de modalités, de compensations ou d’en appeler à une autre réforme, il s’agit d’exiger le retrait de la loi et de mobiliser les travailleurs dans chaque entreprise avec des grèves bloquant la production. Le rôle des militants d’avant garde est d’éclairer les travailleurs sur la véritable signification des mesures gouvernementales destinées à sauver le capitalisme de sa crise, et d’expliquer que les prétendus choix alternatifs prônés par les partis du Front de Gauche (orienter les aides aux entreprises (!) vers celles qui privilégient l’investissement producteur de richesses et créateur d’emplois et respectant l’environnement) reviennent à sauver le système en détournant les luttes de l’objectif révolutionnaire.

Le socialisme est la seule alternative au capitalisme. L’étude de la Révolution d’Octobre 1917 et de l’expérience de la construction du socialisme en URSS, en rejetant toutes les calomnies, doit nous guider dans notre lutte révolutionnaire, pour un nouvel assaut en vue de la libération de l’humanité de l’exploitation.

Capitalisme ou socialisme

Résumé de la discussion

La bourgeoisie revient sur l’ensemble des acquis. Malgré les 246 milliards d’aides publiques, les entreprises n’arrivent pas à faire suffisamment de profits. Les partis de «la gauche de la gauche» en sont à négocier pour éviter qu’on nous enlève des acquis sociaux. La seule issue est le renversement du capitalisme par la révolution, la construction du socialisme. Cela nécessite un parti révolutionnaire. Il faut aussi des syndicats, que les travailleurs y rentrent, développer les rapports de forces, avec des grèves… Politiser les revendications, au lieu de recourir au «dialogue social». Les travailleurs créent les richesses, il y a donc de quoi satisfaire les besoins. L’emploi et le logement sont des droits fondamentaux. Soit il y a la propriété privée des moyens de production, avec le gaspillage…, soit la propriété collective. Il ne peut y avoir de solution intermédiaire.

Le féodalisme était une entrave au développement des forces productives, il était obsolète. Une nouvelle classe a pris sa place (1789). Aujourd’hui, la bourgeoisie et le capitalisme sont obsolètes, entravent le développement de la société. Le système est à bout de souffle. Les Lumières réclamaient l’égalité des classes, ce qui est impossible. Pour que la rentabilité des entreprises profite à tous, l’abolition des classes est nécessaire. Prôner l’égalité entre exploiteurs et des exploités revient à vouloir aménager le capitalisme.

Plusieurs intervenants rappellent les acquis du socialisme. En 50 ans, la production industrielle de l’URSS est passée de l’équivalent de 12% de celle des USA à 80%. L’éducation était gratuite, et il y avait en plus la possibilité de suivre des cours du soir. L’objectif de l’Etat était l’enrichissement culturel et intellectuel, et la satisfaction des besoins matériels. Alors que capitalisme nivelle par le bas, le but du socialisme est de niveler par le haut. La NEP était un recul pour mieux avancer, et la dictature du prolétariat était maintenue.

En 1932-1933, 96% des entreprises soviétiques étaient nationalisées. Le chômage était supprimé. La dictature du prolétariat était nécessaire pour faire progresser la démocratie pour les travailleurs. Si elle était écartée, la conséquence était la dégénérescence de l’Etat et la possibilité de la restauration du capitalisme. Présenter le socialisme comme irréversible, comme le faisaient les révisionnistes, revenait à éluder le caractère de classe de l’Etat (présenté comme «l’Etat du peuple tout entier»). Si le socialisme a été battu, c’est qu’il n’a pas été assez révolutionnaire.

70% des Russes regrettent l’Union soviétique. Le Parti Communiste Ouvrier de Russie (RKRP) associe la lutte pour les revendications des travailleurs à la nécessité de renverser le capitalisme et de reconstruire le socialisme. Les camarades en Ukraine luttent contre le fascisme de Kiev appuyé par l’OTAN, les USA et l’Union Européenne…

Un intervenant rappelle un autre fait ayant trait à la lutte idéologique dans le Parti: pendant la guerre, une alliance provisoire entre l’URSS et les pays impérialistes contre l’Allemagne hitlérienne et le Japon s’était constituée. Après la victoire, certaines couches de l’élite intellectuelle et de dirigeants du Parti estimaient que la contradiction capitalisme-socialisme n’avait plus lieu d’être et qu’il fallait continuer l’alliance avec les pays capitalistes occidentaux. Cette tendance était d’autant plus dangereuse que beaucoup parmi les meilleurs cadres bolchéviks du Parti étaient tombés sur le Front, ce qui avait un impact sur le niveau de vigilance et de fermeté idéologiques. Staline, Molotov, Jdanov et d’autres estimaient au contraire que l’impérialisme n’avait nullement renoncé à détruire l’URSS, que les USA s’attelaient à reconstruire et réarmer la RFA (qui avait subi moins de destructions que la partie Est libérée par l’Armée Rouge) en vue d’une nouvelle guerre. Il appartenait aux pays socialistes et aux peuples de défendre la paix contre l’impérialisme. C’est sous Khrouchtchev que fut inaugurée la ligne de coexistence pacifique et de capitulation devant l’impérialisme.

Un sympathisant insiste sur l’importance de la valeur humaine, du droit à la vie. Le développement plein et entier de tous les aspects de la vie n’est possible que sous le socialisme. Sous le capitalisme, la domination de classe s’exerce sur une autre. Il faut en finir avec cette base pour en créer une autre. L’homme renferme en lui beaucoup de compétences et de capacités, mais le capitalisme les limite. Sous le socialisme, on disposera de plus en plus de temps car moins de temps de travail sera nécessaire.

Etudier 1917, 1871, 1789, l’expérience de Cuba… est important, car c’est lié à la contradiction de classe. La société est toujours en mouvement, conditionné par différentes forces sociales et la contradiction dominés-dominants. Le développement des idées révolutionnaires va en contradiction avec les idées dominantes. Cela nécessite un Parti capable de canaliser ce mouvement. Pour le construire, il faut donc renforcer le Collectif.

Les moyens de communication permettent de diffuser des idées cohérentes dans le peuple. Il faut faire prendre conscience des réalités telles qu’elles sont: l’antagonisme de classe, le rôle historique de la classe ouvrière. La classe dominante est minoritaire par rapport à la classe dominée. C’est par la solidarité de classe qu’on peut briser l’individualisme, faire reculer la bourgeoisie avec une politique révolutionnaire pour le socialisme.

En conclusion, un appel à la syndicalisation et à rejoindre le Collectif sont lancés.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :