COLLECTIF "DÉFENSE"

Accueil » Actualités » Les présidentielles, un obstacle majeur contre les revendications des travailleurs

Les présidentielles, un obstacle majeur contre les revendications des travailleurs

Alors que les travailleurs et jeunes se mobilisent pour le retrait de la loi El Khomri, que la solidarité grandit avec les travailleurs de Goodyear condamnés à des peines de prison par l’État bourgeois, que propose la «gauche de la gauche» aujourd’hui? Dénonce-t-elle le caractère de classe de l’État et la dictature de la bourgeoisie? Agit-elle pour orienter les luttes vers une perspective de renversement de la bourgeoisie et de construction d’une société socialiste débarrassée du capitalisme? Face à quatre ans de désillusions populaires, quelle nouveauté nous amènent ceux qui font semblant de condamner la politique du gouvernement tout en proposant un aménagement du capitalisme? La «gauche de la gauche» nous appelle à appréhender des primaires pour exprimer un «choix crucial pour l’avenir de la France». D’autres condamnent les primaires qui regroupent des personnalités et partis réformistes, mais proposent quand même de participer aux élections présidentielles! Donc, un nouvel avenir pour la France avec finalement un candidat pour porter le projet. Mais de quel avenir s’agit-il? De celui des travailleurs ou de la bourgeoisie? Les uns proposent une politique nouvelle, le NPA dénonce une caricature de démocratie mais présente un candidat sous prétexte de porter la voix des opprimés et des exploités, d’autres, oubliant leurs combats passés contre la cinquième République et le monarcho-présidentialisme, piliers de la dictature du capital, annoncent également qu’ils présenteront un candidat, en militant pour un socialisme dirigé par le peuple!

Pourtant, le monde du travail exploité par le capital n’arrête pas de constater d’élection en élection que l’État bourgeois est un organisme de domination et d’oppression des classes exploitées. C’est cet ordre bourgeois qui légalise et affermit l’oppression sociale, supprime les libertés individuelles et syndicales en modifiant puis en étouffant la riposte de classe, quel que soit le gouvernement issu du suffrage universel.

La république gaullienne

La cinquième République est venue aggraver la supercherie du suffrage universel qui n’a jamais traduit réellement la volonté des travailleurs et donc nullement assuré son accomplissement. Il y a toujours eu plusieurs partis bourgeois trahissant la classe ouvrière contre un seul parti ouvrier jusqu’à l’apparition de la cinquième République qui promeut le présidentialisme. La déviation du PCF a pris alors forme dans la stratégie du programme commun en facilitant une nouvelle trahison du PS avec l’ère mitterrandienne. Aujourd’hui, le monarcho-présidentialisme constitue une caricature de choix démocratique. Un bipolarisme s’installe entre le PS et la droite et finit par former un «front républicain» au deuxième tour contre le FN, qui serait tout autant que les autres un loyal gestionnaire de l’État bourgeois s’il avait une majorité parlementaire. Le scénario d’un match à trois entre le président sortant, le candidat des Républicains et Marine Le Pen ne sera pas éludé par ceux qui, comme le PCF, proposent de défendre l’avenir de la France sans faire de distinction de classe sur la question du pouvoir. Le PCF redonne une nouvelle chance à la social-démocratie qui cumule plus de cent ans de trahison contre les travailleurs, en proposant l’alliance avec les frondeurs socialistes. Le PCF aura beau récuser la «démarche de sommet», il ouvre grand la porte aux partis et aux personnalités les plus réformistes pour choisir un candidat avec les «primaires à gauche», promettre de rendre des comptes au peuple; son électoralisme enferme les travailleurs dans l’attente et l’expectative. Pour le PCF et ceux qui le combattent en l’imitant, dès que l’on pose l’élection en préalable à la lutte des classes, on s’enferme dans un processus de collaboration de classe avec la bourgeoisie.

Faut-il bouder les élections?

Il ne suffit pas de demander aux «citoyens», en laissant de côté les intérêts de la classe ouvrière et son rôle dirigeant, de proposer des revendications, il faut trouver des solutions qui ne sont viables dans le cadre d’une société capitaliste inaménageable, mais seulement dans une société socialiste. Face au capitalisme et à son système d’exploitation de l’homme par l’homme, face à ses institutions répressives, anti-démocratiques, il faut organiser la révolution socialiste. Ainsi les revendications des travailleurs et des populations pauvres ne peuvent se poser dans le cadre de l’existence et de la logique du capitalisme mais contre lui et dans la lutte générale pour son renversement. C’est donc en appelant à boycotter l’élection présidentielle, tout en étant favorable à l’utilisation du terrain parlementaire, que notre organisation appelle les travailleurs à lutter d’abord pour leurs besoins immédiats.

Pour l’emploi en CDI pour tous sans démolition ni aménagement régressif du Code du travail

Pour La retraite pleine et entière à 60 ans avec 37 ans et demi de cotisation et 55 ans pour les travaux invalidants

Pour une progression constante du pouvoir d’achat des travailleurs et retraités

Pour l’expropriation de tous les monopoles privés du service public

Pour la suppression de la concurrence sur les prix agricoles, et l’établissement d’un contrôle par une commission gouvernementale

Pour l’expropriation des monopoles capitalistes, la planification démocratique et le contrôle ouvrier, engageons nous ensemble dans la lutte pour la révolution, le bris de l’État bourgeois et la construction du socialisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :