COLLECTIF "DÉFENSE"

Accueil » Actualités » SAINT-DENIS: MOBILISATION CONTINUE POUR L’EMPLOI ET LE SERVICE PUBLIC

SAINT-DENIS: MOBILISATION CONTINUE POUR L’EMPLOI ET LE SERVICE PUBLIC

Les agents municipaux de Saint-Denis sont en lutte depuis plusieurs semaines pour revendiquer de meilleures conditions de travail, des embauches… Les personnels des crèches s’étaient déjà mis en grève depuis le 25 novembre, poussés à bout par le manque d’effectifs et l’augmentation de la charge de travail. Puis, un plan de réorganisation et de soi-disant lutte contre l’absentéisme a été présenté par la Municipalité comme base de négociation avec les représentants des salariés. Ce plan a suscité la colère des agents par le fait que les axes proposés ne visent pas à développer l’emploi statutaire mais ne font qu’accompagner les restrictions budgétaires. Au lieu d’embaucher là où c’est nécessaire, de partir des besoins de la population pour renforcer le service public, la Municipalité a recours à un plan de type Lean Management de réorganisations visant à faire plus avec moins de personnels, en s’attaquant aux acquis, en particulier aux jours de congés.

Au lieu de soutenir les revendications des agents territoriaux, la majorité municipale gère le système, faute de vouloir le changer. Une municipalité, même composée à 100% d’élus «de gauche», ne peut pas être un ilot de progrès social dans un pays ravagé par la crise capitaliste et soumis à une régression sociale sans précédent. Pour donner des milliards d’aides publiques aux capitalistes, l’État appauvrit et asphyxie les communes par la diminution de la dotation globale de fonctionnement alors que les besoins se développent. Il y a donc matière à dénoncer le processus de privatisation des services, refuser de se soumettre à cette fatalité et lutter, en s’appuyant sur la mobilisation des travailleurs et de la population, pour une société débarrassée du profit individuel et privé pour les monopoles capitalistes. Mais pour la Municipalité, c’est l’«organisation du travail» qui règlerait les carences dues au sous-effectif. À ce compte, on n’est pas loin d’aller dans le sens de la loi El Khomri qui prévoit l’allongement du temps de travail et son intensification. L’absentéisme est un marqueur du sous-effectif; plus de pénibilité tue le service public pour finalement le privatiser, comme ce fut le cas au Centre Nautique Municipal.

Des élus ayant à coeur d’agir pour une société plus humaine devraient aider les travailleurs en prenant avec eux des initiatives de lutte pour le développement social contre le capital et l’État-patron exploiteur, véritables responsables de la crise. Ce n’est pour l’instant pas le chemin qui est pris par les élus qui se conduisent en loyaux représentants de cet État de la bourgeoisie, et paraissent plus à l’écoute des desiderata des grands monopoles que sont Bouygues, Veolia, Eiffage, Suez, Vinci… qui font la pluie et le beau temps à Saint-Denis, plutôt que les besoins de la population travailleuse et les revendications des agents communaux.

Suite à la lutte massive, le nouveau Maire a déclaré verbalement à renoncer à toucher aux congés, tout en maintenant son projet. Le danger n’est donc pas écarté, et la poursuite de la lutte est nécessaire, d’autant que, sous couvert de négociations, il s’agit de faire avaliser le plan par les syndicats et d’associer le personnel, au moyen de «réunions de service», à son application.

Le Collectif DÉFENSE soutient la lutte des travailleurs et de leurs syndicats et appelle à la création de solidarités des agents territoriaux d’autres municipalités qui forcément sont confrontés aux mêmes problèmes sociaux.

Rejoignez le Collectif DÉFENSE pour plus d’efficacité dans les luttes contre le capitalisme. Pour faire la révolution, briser l’État bourgeois et construire une société socialiste, la participation des travailleurs avec leurs revendications est un processus démocratique indispensable.

JANVIER 2017: RÉUNION PUBLIQUE SUR LA LUTTE DES FEMMES TRAVAILLEUSES

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :