COLLECTIF "DÉFENSE"

Accueil » Politique » RÉPONSE DU COLLECTIF DÉFENSE À UNE INVITATION DE LA FÉDÉRATION DU TARN DU PCF

RÉPONSE DU COLLECTIF DÉFENSE À UNE INVITATION DE LA FÉDÉRATION DU TARN DU PCF

Suite à la réception d’une invitation à un débat organisé à Albi pour soutenir la candidature de Mélenchon et reconstruire la gauche, nous avons adressé le courrier ci-dessous:

 

Chers Camarades,

nous vous remercions de votre invitation. Malheureusement, nous devons la décliner, car nous ne nous inscrivons pas du tout dans cette démarche qui vise encore une fois à sauver la social-démocratie et à éloigner la perspective de la construction d’un véritable parti communiste et de la révolution socialiste.
Le programme de Mélenchon s’apparente à la politique de Siryza ou de Podemos, qui visent à obtenir des aménagements en faveur de la population travailleuse sans jamais remettre en cause le système capitaliste et ses fondements: la dictature de la bourgeoisie et son État, la propriété privée des moyens de production et d’échanges, l’exploitation du travail salarié. Or, la bourgeoisie ne cédait aux revendications que lorsque son pouvoir était menacé. C’était le cas à l’époque où existait un puissant mouvement communiste et syndical, s’appuyant sur l’existence et sur l’aide de l’Union soviétique et d’un puissant camp socialiste qui avaient renversé la bourgeoisie et contraignaient l’impérialisme à des reculs. Depuis la contre-révolution de 1989-91, le capitalisme est à l’offensive sur tout le globe. Les organisations ouvrières sont affaiblies, et souvent détournées de leur mission au profit de la collaboration avec la classe bourgeoise. Quelles grandes victoires le mouvement ouvrier et populaire a-t-il remportées ces dernières décennies? Il reste certes encore dans le monde des partis communistes et ouvriers qui n’ont pas abandonné leurs principes: le Parti Communiste de Grèce, le Parti Communiste Ouvrier de Russie-PCUS, le PCPE d’Espagne… et un courant syndical de lutte de classe représenté notamment par la FSM. Mais ni le PCF, ni les directions confédérales syndicales de France, ne se réfèrent au travail sérieux de ces organisations d’avant-garde, préférant dialoguer avec le patronat, voire avec les pires représentants de la réaction mondiale (cf la présence d’un dirigeant de l’OTAN à la dernière fête de l’Humanité).
La pratique du pouvoir par Siryza en Grèce, avec ses mesures anti-populaires, sa soumission à l’Union Européenne et à l’OTAN, devrait ouvrir les yeux de ceux qui croient encore que l’on peut obtenir du « progrès social » sans renverser le capitalisme par la révolution.
Mélenchon prétend vouloir changer les institutions au profit du peuple, alors qu’il inscrit totalement sa démarche pour y parvenir dans les institutions de la cinquième République et son monarcho-présidentialisme. Par sa seule participation à cette caricature d’élection où l’opinion est façonnée par les sondages et les médias aux mains du capital, Mélenchon décrédibilise tout son discours aux accents « révolutionnaires ». Il entretient des illusions sur une possibilité de changement de société sans révolution, par la voie électorale, alors que le rejet des partis du système par une majorité de la population, qui se traduit en particulier par un refus grandissant d’aller voter, devrait être un terrain propice pour les organisations ouvrières à mener une propagande révolutionnaire, à dénoncer la dictature de la bourgeoisie, à aider les travailleurs à organiser leurs luttes contre le capital et non plus dans le cadre d’un illusoire aménagement du capitalisme.
D’autre part, l’existence d’un parti qui continue de porter le nom de Communiste tout en étant dépendant de ses alliances avec le PS pour conserver ses élus, qui ne remet plus en cause le capitalisme, qui a rejeté le marxisme-léninisme, c’est à dire une théorie scientifique sur laquelle s’appuyer pour comprendre les mécanismes du système et pouvoir le renverser, qui milite pour la construction européenne et non plus pour la révolution socialiste et la dictature du prolétariat, est un obstacle majeur à la reconstruction d’un parti communiste en France. Continuer de militer dans ce parti, en espérant un jour en changer la direction et l’orientation politique, revient à gaspiller l’énergie militante de centaines de travailleurs qui aspirent à un changement de société, et affaiblit le courant communiste véritable, comme l’illustrent les échecs récents de création d’un parti communiste authentiquement révolutionnaire. Le Collectif continuera de dénoncer inlassablement ceux qui propagent de fausses solutions dans le cadre du capitalisme, la social-démocratie toujours prête à trahir, ceux qui essayent de la sauver de la faillite au nom du danger de la droite et de l’extrême-droite.
Le Collectif DÉFENSE appelle les travailleurs à s’organiser et à lutter sur la base de leurs revendications qui seront satisfaites dans une société socialiste basée sur la propriété collective des moyens de production, le pouvoir des travailleurs, la planification démocratique centralisée, tenant compte des nécessités de préserver la nature. Il faut construire un parti communiste en France dans les luttes, en développant la solidarité avec les peuples opprimés en premier lieu par l’impérialisme français, avec nos frères immigrés exploités comme nous par le capital monopoliste.
Rompez avec ceux qui ont irrémédiablement lié leur destin à la survie du capitalisme.
Rejoignez le Collectif DÉFENSE.
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :